L’Approvisionnement en équipement médical en Uganda

L’efficacité des services de santé nécessite en fin de compte des équipements médicaux suffisants et fiables. Cependant, l’Organisation Mondiale de la Santé affirme dans des études publiées en 2017 qu’entre 40 % et 70 % de tous les équipements médicaux dans les pays en développement sont hors-service, soit qu’ils soient inadaptés aux besoins et à l’expérience locaux, soit qu’ils soient mal entretenus voir endommagés.

En Europe, la vente, la revente, la distribution et l’entretien des équipements médicaux constituent un marché au volume considérable, que vous travaillez dans le secteur de santé privé ou public. L’éventail de marques et modèles disponibles est vertigineux. Cependant, dans plusieurs pays la gamme d’équipements médicaux disponibles peut être rare et plutôt chère, en particulier dans les pays d’Afrique centrale comme l’Uganda et l’Ethiopie. Pour du matériel si complexe et fragile, il se trouve souvent à la merci d’environnements rudes, de beaucoup de poussière atmosphérique, des manipulations erronées par du personnel manquant d’expérience, des niveaux de courants variables et la tâche de trouver des pièces de rechange. Comme une grande partie de l’équipement médical provient d’aides et peut être déjà âgé une fois mis en service, l’équipement arrive souvent sans le moindre manuel utilisateur et le voltage requis correspond souvent à une région complètement différente. Le problème le plus pressant de fournir des équipements de santé reste le manque grave de personnel bien formé à leur maintenance et leur réparation. D’habitude, en Uganda, un hôpital ou une clinique n’aura qu’un seul technicien avec à peine un entraînement basique en ingénierie électrique.

Forts de leurs décennies d’expérience dans tous les aspects de l’équipement médical, Mike et Nicky Hilditch cherchaient des nouvelles manières de partager leurs connaissances sur l’industrie là où, dans la vie quotidienne, cela ferait la différence. C’est ainsi qu’ils fondèrent l’Amalthea Trust en 2006 avec pour but précis d’améliorer les projets d’ingénierie médicale dans les pays en développement, à l’aide de programmes de formation et en fournissant du matériel d’essai et des installations pour des travaux pratiques.

Amalthea Trust débuta ses travaux avec l’Université du Kyambogo à Kampala, la capitale de l’Uganda, afin de développer et accorder le premier diplôme universitaire en ingénierie biomédicale du pays. La méthode de l’Amalthea se focalise sur le partage de l’expertise et de l’expérience d’ingénieurs et de techniciens biomédicaux volontaires provenant du Service de Santé national britannique (National Health Service ou NHS) et de pays partenaires. Après une affectation de deux semaines les volontaires sont bien équipés pour poursuivre leur projet dans un programme spécialisé de leur domaine d’expertise.  

Les volontaires de l’Amalthea sont devenus un atout considérable. Ils enseignent pendant deux semestres de deux mois chacun durant un cursus de deux ans, à l’aide d’un laboratoire que l’Amalthea a aménagé à cette seule fin-là sur le campus Universitaire.

Le Directeur du programme de l’Amalthea, Monsieur Martin Worster, explique ceci : « Le taux d’emploi pour les diplômés de ce cours placé désormais en haute estime est presque de 100 %, et nous sommes très fiers d’affirmer qu’on considère maintenant cet enseignement comme le standard pour la formation en ingénierie biomédicale en Uganda. »

Au cours des trois dernières années l’Amalthea Trust a étendu ses activités et a inclus des travaux avec le Tegbareid Technical College à Abdis Ababa, en Ethiopie.


Monsieur Martin Worster ajoute : « L’Amalthea Trust a pour but ultime la fin de tout besoin d’aide internationale en Ingénierie Biomédicale dans les pays en développement par l’augmentation du nombre d’ingénieurs locaux formés, ainsi que de techniciens qui puissent réviser et entretenir l’équipement médical de leur propre pays. »

Cette grande réussite n’est possible que grâce a l’appui que volontaires et sponsors nous offrent, telles que Monsieur et Madame Mike et Nicky Hilditch du Hilditch Group. Pour en savoir plus sur la manière dont l’Amalthea Trust améliore les services de santé dans les pays en développement, ou si vous êtes un professionnel de santé qui veut s’informer des opportunités de volontariat, veuillez aller sur le site de l’Amalthea Trust : www.amaltheatrust.org.uk

Alors la prochaine fois que vous regarderez le compteur d’intervalles d’un CT-Scan, veuillez accorder une pensée à tous ces étudiants qui peuvent désormais apprendre à entretenir ces équipements de santé.

References:
file:///C:/Users/user27/Downloads/9789241512312-eng.pdf